Origine du méningiome

Suite à différents commentaires que vous pourrez lire dans l’article Opération ou pas Opération, plusieurs personnes ont rapporté des témoignages et un point commun pour les femmes dans l’origine du méningiome: la prise d’acétate de cyprotérone (nom générique pour l’Androcur).

Je pensais passer ma soirée à rechercher s’il y a un lien sur google… cela m’a pris 5 mn.

Commission de la transparence – HAS, 2012

(article datant de …2012… donc ce n’est pas nouveau)

Commission de la transparence – HAS, 2016

Ils parlent d’antécédents, certes, mais je cite « Des cas de méningiomes (simples et multiples) ont été rapportés en cas d’utilisation prolongée (plusieurs années) d’ANDROCUR à des doses de 25 mg par jour et plus. « 

J’en ai pris au moins pendant 12 ans, depuis 2005 à 25 mg… j’ai regardé dans mon dossier médical.

Quand le neurochirurgien m’a dit d’arrêter le traitement, j’ai tout jeté, immédiatement, mais on retrouve cet « effet indésirable éventuel » dans la notice du médicament disponible sur internet : CYPROTERONE MYLAN 50 mg, comprimé – Notice patient

Donc, pas besoin de chercher plus loin mais une interrogation: comment peut-on prescrire à une personne un médicament pouvant potentiellement avoir un effet secondaire d’une telle ampleur sur une si longue période? Une opération du cerveau, c’est quelque chose d’extrêmement important. Je me disais l’autre jour par dérision: « Ce n’est pas une diarrhée passagère !!! ».

Il est bien évidemment possible que de nombreuses femmes aient pris ce médicament sans apparition d’un méningiome. Mais, il est aussi tout à fait possible que certaines femmes aient des méningiomes non diagnostiqués…ce qui a été mon cas durant de nombreuses années. Si le méningiome ne s’était pas attaqué à l’os de ma tempe, je ne m’en serai pas aperçue et,  malgré les migraines récurrentes, j’aurai continué à prendre ce médicament que je prendrais peut-être encore aujourd’hui…

J’ai continué mes recherches sur Internet et j’ai trouvé un site du gouvernement où les effets indésirables d’un médicaments peuvent être signalés : Ministère des Solidarités et de la Santé.

J’ai donc signalé le problème de l’Androcur. Et le fait que ce ministère s’appelle Solidarité est une des raisons pour lesquelles je l’ai fait. Même si statistiquement l’Androcur n’a pas entraîner de très nombreux cas de méningiome, par solidarité envers les femmes qui en prennent encore aujourd’hui en traitement sur plusieurs années, je pense qu’il faut impérativement le signaler pour que ce type de traitement ne soit plus donné.

Un méningiome, certes, c’est une tumeur bénigne mais les conséquences d’une opération au cerveau sont vraiment importantes. Autrement, ce blog n’existerait pas.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *